We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

Atra Musica

by GRIFFON, DARKENHÖLD

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €4 EUR  or more

     

1.
Mon Père! L'empire est ruiné. Mon Père! Pourquoi nous punir? Nous vous avons offert la foi de la cité D'où viendrait le salut si Rome vient à périr? La ville est infectée par les mœurs d'Orient N'aurions-nous pas dû, nié le dogme d'antan? Brûler ces hérésies, en ce monde ici-bas De la peste arienne jusqu'au vil Apostât Constantinople, Constantinople Cité de Dieu En ce soir prend dont les armes Contre les impies, les païens, les barbares, les hérétiques. Nouvelle Rome, Constantinople Ce soir reprend tes droits Cité de l'Homme, Constantinople Purifie ton empire Les odieuses coutumes sont toujours d'usages Ils se disent du Christ, mais pèchent mortellement Ils festoient sans vergogne, prenant femmes de tout âges. Le jour, sont ascètes, les nuits sont amants Les hommes ne sont plus, dans les rues d'Antioche Avilis comme des femmes, ne craignant pas l'Empereur Ni même le tout puissant, qui les fit de la roche En trompant son image, ils nient leur créateur. Par-delà nos frontières, non loin de la baltique Hors de la protection, du fils et du père Le tentateur sévi, dans les terres désertiques Les berbères et bédouins, les peuplades sans terre Par le biais du démon, adviendra très bientôt Une croyance nouvelle, d'adorateurs d'une loi Une entité prônant un dogme de renouveau En commandant au sien, de massacrer pour leur foi Chevauchant nuit et jours, Semant mort et chaos Pillant nos Églises, sacrifiant tout fidèle Tout opposant sera, égorgé tel un veau Tel le frelon sauvage, qui tuera pour notre miel Seigneur, toi qui nous a, préservé des empereurs Du paganisme solaire, de Néron à Julien Par la force de l'esprit, nous avons croit sans peur Nous te demandons grâce, veille sur le monde romain Fait en ce monde ta cité Condamne nos tristes mœurs et nos mauvais rois Que sera ton royaume /si Rome vient à périr? Rome vient à périr!
2.
Souviens-toi Karbala De nos frères massacrés Souviens-toi d’Al Hussein L’Imam sacrifié L’insulte des ancêtres perpétués en notre sang Le puissant pour témoin, maudira pour mille ans Mu’âwiya et ses fils, tous ces usurpateurs Qui conduise l’Oumma, contre son propre seigneur. Fidèle à celui, couvert de poussière Nous sommes les fidèles du fils du prophète Reniant le califat, quittant nos maisons Nous fuyons pour nos vies, nous quittons la Mekke Pour soutenir nos frères, joignant l’opposition Contre l’Omeyyade, qui le tienne en échec Reniant le califat, quittant nos maisons Nous fuyons pour nos vies, nous quittons la Mekke Mais proche de Basrah s’arrête notre Jihad Nous ne sommes pas cent face à cette légion Les armées du sultan, les troupes Omeyyades Face à nous s’étendent, plus loin que l’horizon Souviens-toi Karbala De nos frères massacrés Souviens-toi d’Al Hussein L’Imam sacrifié Le sang du prophète L’Imam humilié En cette terre sainte, qu’Allah soit témoin D’aucuns n’oubliera notre foi notre bravoure L’innommable crime de ces chiens de bédouin Clivera et brisera nos croyances pour toujours Souviens-toi d’Al Hussein Souviens-toi Karbala
3.
La ligné des rois francs est béni en son sein Je vous narre aujourd’hui, l’histoire du roi saint Le roi défend --- l’affront contre la sainte terre Et pris – les armes – luttant pour les Cieux le Christ sauveur, la - cité - de - Dieu _ _ _ _ Rome appelle à la guerre Les Francs-libèreront Le tombeau du père ! Les royaumes Anglois, la vielle Austrasie Sous les ordres du Roi se rejoignent à saint Denis Les comptes de Bourgognes, le duché de Normandie Sur la mer romaine prenne la route du midi Et en voyant Jérusalem Chevaliers francs ton âme est en peine Nous partons au bout du monde Sauver le temple du Christ-Roi En luttant contre la peste immonde Nous les brulerons tel les Albigeois Et en pleurant Jérusalem Soldat chrétien déverse ainsi ta haine L’oppression des mécréants À fait choir l’Empire Sous le joug (des) musulmans L'Orient chrétien expire Rome appelle à la guerre Les templiers reprendront Saint Jean d’Acre et ses terres Les royaumes Anglois, la vielle Austrasie Prennent les armes et joignent le Roi Louis Les comptes de Bourgognes, le duché de Normandie Sur les plages d’Antioche batailleront pour leurs vies Deux milles cavaliers - des centaines de navire Bientôt repoussé - par la horde du Vizir La cité de Dieu Rome appelle au massacre Soldat chrétien Dans le sang à saint jean d'Acre La mort t'attend Eloigne de moi cette coupe Et nos hommes Nos enfants Pleurent ensemble le roi saint Notre défaite est immense Notre honte est sans fin Ces êtres vils et immondes Souillent à jamais Le temple divin Jérusalem O Jérusalem
4.
5.
Frôlant le murmure des ombres Muscles parés de vieilles pierres Une crinière fauve reflète la flamme lunaire Sur sa face, la grandeur de la vaste forêt Seulement étreinte d’une âme solitaire Le farouche destin du meneur des bêtes Dans le palais des arbres éternels En compagnie d’un bestiaire rebelle Enchantements de nocturnes errances Tempête dans les âmes rubescentes Fléau de chair ardent Bourrasque de griffes grondantes Feux crépitant d’orbes rougeoyantes Tableau secret de ce monde dévorant Parlant une ancienne langue Sondant sans répit le royaume Ses pas résonnent du pouls des forêts Tissant la gratitude des bêtes sylvestres
6.
Nuit perpétuelle qui emplit ma caverne La solitude a chassé toutes les constellations Mon souffle unique peuple ma tanière Et un joyau grenat couve ma retraite Le feu… L’escarboucle est mon seul astre Soustrait aux griffes des hommes Ce trésor qui couronne mon être Suscite la traque… l’obsession Sanctuaire Maudissant les vanités de l’univers Sanctuaire De la vouivre Les courbes de mes écailles Marbrent le chasseur de flammèches ophidiennes Le refuge de mon âme Une réclusion maculée par le vil profane L’exil forge ma défense Baignant les rivières de mes veines Majesté et révérence Quand les envieux scrutent mon repère Sanctuaire Maudissant les vanités de l’univers Sanctuaire De la vouivre Défiée par l’infamie Souillant mon temple souterrain Le noir de mes yeux Dresse le brasier d’une fureur impériale On me contraint à la révolte Moi qui souhaitais vivre dans l’ombre Mes crocs Gardiens d’une indomptable forteresse Votre fange Appelant la souveraineté de ma herse
7.
Pierres diaprées en monument Fendant l’esprit de l’aube Tour gardienne révélant Le vice hantant le sol Un manteau sinistre drape l’impudence des goules Hérissant le roc d’un rictus Morgue des sentinelles séduisant Le vagabond inconscient La spirale des degrés s’élève Vers les sommets crénelés Le tourbillon minéral égrène Sa domination sur la forêt Dans le ciel… un sort teinte… la lumière Gueules béantes… blême horizon… qui s’embrase Œil carmin… torche langoureuse… en poussière Chair de roche… sable envoûtant… nuit de glace La jouissance des ogres Abolit le serment des larmes L’écume érodant Epouse du sang Figeant les pas errants… avalant les âmes Et la fièvre nocturne qui émane… Orphelines d’essence vitale Une existence de ravages Le silence des goules Célèbre sous la lune L’avènement d’une gemme pour la tour
8.
Sur un trône d’ébène Fortifiée d’écorces gardiennes Gantée de pierres Scellée de fer La citadelle d’obsidienne érige sa splendeur Dans son cœur sourd le grondement D’une révolte aux ailes quérulentes Contenant la houle de ses habitants Elle gouverne la charge des silences L’existence de ce monument Gît dans l’ombre de ses interstices Hostile aux vauriens errants Vouée au mutisme La citadelle d’obsidienne doit rester assoupie Un impérieux signal Déchiquette le silence abyssal Forteresse frémissante D’une indicible engeance Téméraire soit l’être qui s’amène Sur les terres de cette sombre forteresse Hurlements et pierres anciennes Aux armes ! Lâche les créatures et dresse les murailles Un tourbillon s’élève en tempétueuse colonne Tour bestiale coiffée d’une lune grandiose Cyclope aux cris frappés par l’innommable Langues curieuses de tels secrets, elle déchirera vos âmes

about

💿➡️ lesacteursdelombre.net/shop/

The castle wanderers of Darkenhöld and valiant members of Griffon join their voices on a singular split CD halfway between an evening of tales and medieval song of heroic deeds. The first band lights a warm atmosphere where traditional tones summon legends and arouse a yearn for acoustic concerts. Their companions choose a more historical and warlike angle that suits their fiery black metal. Not without ending Atra Musica elegantly with a noble instrumental song though.

credits

released May 31, 2019

Artwork by Tedd Luger

license

all rights reserved

tags

about

Les Acteurs de L'Ombre Productions France

LES ACTEURS DE L’OMBRE PRODUCTIONS is an association bringing passionate people together, all volunteers. Our vocation? Presenting bands we love, usually coming from nowhere!

contact / help

Contact Les Acteurs de L'Ombre Productions

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account